Microsoft et Activision Blizzard : le juste prix ?

Henoc Assouan - 09/05/2022


A l’ère d’un temps où les jeux vidéo prennent une place de plus en plus prépondérante dans la vie d’une certaine tranche de la population, la lutte vers le sommet pour attirer le plus grand nombre d’adeptes continu.


Si ces 10 dernières années ont été marquées par les réseaux sociaux tels que Facebook, Instagram, Snapchat ou Tiktok et bien d’autres, nous sommes à l’aube d’une révolution significative dans nos habitudes de vie, à commencer par l’univers des jeux vidéo et certainement plus tard dans divers autres domaines et ce, grâce à l’arrivée et au développement du Métavers.

Afin de renforcer sa position dans l’univers des jeux vidéo et préparer le monde de demain, Microsoft a annoncé le rachat de Activision Blizzard King pour la somme de 68,7 milliards de dollars.


Pour rappel, Activision est une entreprise américaine de développement et d’édition de jeux vidéo. L’entreprise née en 1979 en Californie est aujourd’hui l’un des leaders mondiaux en édition de jeux grâce à ses créations iconiques et ses success story telles que Call of Duty, Guitar Hero, Crash, World of Warcraft ou encore Candy Crush. Ces jeux rassemblent déjà plus de 400 millions de personnes chaque mois dans 190 pays.


Mais la société Activision vaut-elle vraiment ces 70 milliards de dollars ? Quels sont les enjeux ?


Dans un premier temps, on peut s’intéresser à la différence entre le prix d’achat et la valeur de l’entreprise. Le prix d’achat représente le prix final conclut entre le vendeur et l’acheteur. Le prix prend en compte les perspectives stratégiques de la cible notamment le coût d’opportunité pour l’acheteur, la synergie et l’économie d’échelle entre les deux entreprises. Il prend également en compte les perspectives financières de la target telles que sa capitalisation boursière, la perception du marché, et bien sûr : l’offre et la demande.

Enfin, le prix prendra aussi en compte la gestion de la performance de la cible et donc, les perspectives d’amélioration opérationnelles et la réallocation du capital pour mieux capter la valeur interne potentielle de la cible.


Quant à la valeur de l’entreprise, elle correspond à l’estimation de sa valeur intrinsèque par diverses méthodes d’évaluation avec notamment la méthode DCF qui est la plus répandue et qui se base sur l’actualisation des cash-flow futurs. Il existe également la méthode des multiples boursiers qui est l’application de multiples de valorisation observés sur des sociétés côtées ou sur des références transactionnelles, et enfin la méthode ANR (Actif Net Réévalué) qui évalue séparément les différents actifs et passifs de l'entreprise.


Ainsi, les choses mises dans leur contexte, ce prix d’achat de 70 milliards de dollars pour Activision dont la capitalisation s’élève à 63 milliard de dollars semble tout à fait justifié, et d’autant plus si on analyse les enjeux de cette acquisition.


L’un des enjeux majeurs réside dans la volonté pour Microsoft de ne pas rater le tournant vers le métavers, qui semblent être l’avenir des jeux vidéo, digne des films futuristes. Il s’agit d’une acquisition très stratégique pour Microsoft, en vue des synergies existantes entre ces deux entreprises. Cela favorisera une croissance organique et externe du groupe notamment dans l’activité jeux de Microsoft et la disponibilité sur les différentes plateformes (PC, mobile, Cloud et console). Car, si Microsoft détient la Xbox, c’est son principal concurrent Sony, qui détient la plus grosse part de marché avec la Playstation.


Cet achat permettra sans nul doute à Microsoft de prendre quelques parts de marché à Sony grâce à des exclusivités, des adaptations spéciales ou certaines options qui pourraient naître entre la Xbox et les jeux phares de Activision Blizzard.